lundi, décembre 21, 2020

Des reportages inquiétants sur les foyers de soins spéciaux

Il y a un vieil adage qui dit : lorsque quelqu’un vous montre qui il est, croyez-le.
Il en va de même pour les gouvernements. Nous avions espéré que, contrairement à ses homologues conservateurs des autres provinces, le gouvernement dirigé par le premier ministre Higgs ne ferait pas passer les profits des grandes sociétés avant les gens. Peut-être placerait-il les besoins et les droits des Néo-Brunswickois devant l’idéologie politique...
Mais les deux dernières semaines ont démontré que ce n’est pas le cas.
Certaines histoires concernant des foyers de soins spéciaux du Groupe Lokia – incluant le Manoir de la Vallée – ont été difficiles à lire et à expliquer. Ainsi, après que ce foyer ait bénéficié d’une dérogation spéciale de la part de la province pour réduire les ratios en matière de personnel, d’anciens employés, de même que des membres des familles des résidents, ont décrit des conditions de vie totalement inacceptables.
Nous ne répéterons pas ici tous les problèmes énumérés par ces anciens employés et membres des familles, mais vous pourrez lire les histoires rapportées par la CBC en cliquant sur ce lien.
La réponse du PDG consistait en une tergiversation sur la différence entre les mots chétif et déshydraté. Il a également déclaré que le but n’était pas d’économiser de l’argent, mais plutôt de mesurer les besoins des patients.
Et, en ce qui concerne le ministre du Développement social, Bruce Fitch, voici un passage tiré d’un article du site Web du Telegraph-Journal :
[M. Fitch] a indiqué que le nettoyage avait « pris du retard » durant la flambée de COVID-19 en mai et en juin au Manoir de la Vallée à Atholville, au cours de laquelle deux résidents sont décédés, mais que les dossiers avaient été examinés et il a insisté sur le fait que « toutes les plaintes à propos des soins aux patients étaient sans fondement ».
Des gens sont décédés durant un projet pilote visant des réductions de personnel. Des employés et des membres des familles sont sortis de l’ombre pour décrire de nombreux problèmes causés par ce projet pilote. Mais le ministre les a écartés du revers de la main en les qualifiant de non fondés, parce que certains dossiers avaient été réexaminés.
À tout le moins, une enquête devrait avoir lieu. Le fait que le ministre ne semble pas le voir et qu’il défende l’entreprise en dépit des preuves du contraire est inquiétant.
Plus loin dans l’article du Telegraph-Journal, on peut lire que le PDG du groupe Lokia a déclaré qu’ils étaient sur le point de terminer un rapport portant sur le projet pilote et que les gens seraient surpris des résultats, en ajoutant « [I]ls se sentiront coupables d’en avoir fait une si grosse affaire. »
Nous sommes d’avis que personne ne devrait jamais se sentir coupable de penser que les résidents de ces foyers méritent mieux. Ce sont des gens qui ont souffert durant ce programme, pas seulement des numéros dans un chiffrier. Le PDG, tout comme le ministre Fitch, feraient bien de s’en souvenir.