lundi, novembre 30, 2020

Les services de garde d’enfants pourraient être la clé à la relance à court et à long terme

Un nouveau rapport du Centre for Future Work démontre encore une fois que le Nouveau-Brunswick bénéficierait grandement d’une mise en œuvre d’un régime universel de services de garde d’enfants.
D’après l’étude de l’économiste Jim Stanford :
Un régime universel de services éducatifs et de garde à l’enfance (SÉGE) créerait 200 000 nouveaux emplois directs dans les centres de services de garde, 100 000 emplois additionnels dans les industries qui appuient et approvisionnent le secteur, et faciliterait la participation au marché du travail et l'emploi de 725 000 femmes canadiennes dans leurs meilleures années de vie parentale.
À la fin d’une période de 10 ans de mise en œuvre, le PIB canadien serait de 63 à 107 billions de dollars de plus qu’il aurait été sans une expansion de la garde d’enfants. Des recettes supplémentaires générées par l’augmentation de l’activité économique ajouteraient de 17 à 29 milliards de dollars aux coffres du gouvernement par année – répartis entre le gouvernement fédéral et les provinces. Ce montant serait plus que suffisant pour couvrir le coût total d’un régime universel de SÉGE.
Cela serait avantageux à tous les Canadiens, mais spécialement à la relance à court et à long terme de COVID-19 au Nouveau-Brunswick. Cela créerait sans doute des emplois additionnels dans la province, tout en voyant une augmentation de femmes participer au marché du travail qui aiderait fortement le nombre de travailleurs et travailleuses besoin pour pourvoir les postes vacants.
Alors, un régime universel réduirait le coût de la garde d’enfants, augmenterait la participation au marché du travail, s’autofinancerait et se traduirait par des recettes supplémentaires pour les gouvernements fédéral et provinciaux.
Les politiciens au niveau du Nouveau-Brunswick ont besoin de faire pression pour que ceci devienne une réalité. Investir dans un régime universel de garde d’enfants profite à tous.
Cliquez ici pour lire le rapport au complet.