À propos du Syndicat du Nouveau-Brunswick

Historique

Le Syndicat du Nouveau-Brunswick a une longue histoire remarquable. Les fonctionnaires de la province du Nouveau-Brunswick ont obtenu le droit à des négociations collectives en 1970. Il fallait donc créer un organisme capable de négocier et de réglementer les conditions d’emploi entre les fonctionnaires de la province et le gouvernement provincial.

Nous avons depuis lors augmenté nos effectifs, pour devenir le syndicat de fonctionnaires le plus important au Nouveau-Brunswick.

Comme Syndicat indépendant, nous avons la responsabilité de négocier collectivement les conditions d’emploi de nos membres.

Énoncé de mission

Notre mission en tant que syndicat est d’assurer une représentation démocratique et équitable, de faire la promotion de la justice et du respect dans nos milieux de travail, nos gouvernements et nos collectivités, de prendre les mesures nécessaires pour nous adapter à la grande diversité de nos membres et de favoriser un leadership responsable et des communications efficaces.

Énoncé d’égalité

Code de solidarité

Le Syndicat des employé(e)s des secteurs public et privé du Nouveau-Brunswick (SESPPNB) adopte le Code de solidarité, qui affirme les principes de son fonctionnement :

Les décisions des membres, des comités ou des conseils sont adoptées par un processus démocratique, sont basées sur les meilleurs renseignements disponibles, sont conformes à l’éthique et à la philosophie du Syndicat et servent les intérêts des membres.

Tous les membres présents à des réunions doivent y participer activement, respecter et prendre en considération les opinions de tous les autres membres, et prendre des décisions après avoir tenu compte des discussions et des renseignements présentés.

Dans les prises de décisions, tous les membres doivent servir les intérêts de l’ensemble des membres avant ceux d’une personne ou d’un groupe particulier.

Une fois qu’une décision a été prise, les membres individuels ont l’obligation de la respecter par solidarité.

Le Conseil d’administration du SESPPNB adopte maintenant les politiques qui suivent comme moyens d’aider les membres individuels du Conseil à s’acquitter de leur rôle de leadership pour le compte des membres du SESPPNB.

• Le congrès biennal du SESPPNB est l’organe directeur suprême du Syndicat et sert à établir les politiques et les buts du SESPPNB. Entre les congrès biennaux, le Conseil d’administration du SESPPNB reconnaît qu’il est autorisé à agir comme organe directeur du Syndicat.

• Le Comité exécutif représente le Conseil entre les réunions de ce dernier.

• La présidente ou le président représente le Comité exécutif, et donc le Conseil entre les réunions du Comité exécutif.

• Les membres du Conseil d’administration du SESPPNB ont, envers les membres du Syndicat, le devoir et l’obligation de s’occuper des affaires du SESPPNB de façon à ce que le Syndicat soit administré d’une manière démocratique, responsable et efficace.

• Il incombe au Conseil d’établir, pour le Syndicat, des valeurs, une orientation et un programme de politique dans le cadre de ce qui a été prévu au congrès biennal et dans la Constitution du SESPPNB.

• Les membres du Conseil ont surtout la responsabilité de défendre d’une manière complètement loyale les intérêts des membres du SESPPNB.

• À titre de membre du Conseil d’administration du SESPPNB, chaque membre du Conseil représente l’ensemble des membres du Syndicat au lieu de simplement les membres de son propre groupe. La loyauté envers SESPPNB l’emporte sur les intérêts de l’unité d’origine. Dans toutes leurs décisions pour le compte du Syndicat, les membres du Conseil doivent d’abord mettre les intérêts des membres avant leurs intérêts personnels ou ceux de groupes particuliers.

• Le Conseil est chargé de préparer, selon les besoins, des plans stratégiques pour l’atteinte des objectifs généraux du SESPPNB et d’orienter les négociations, les services, les politiques législatives et publiques et d’autres objectifs du Syndicat. Aucun autre organisme du Syndicat ne peut assumer effectivement un tel rôle entre les congrès biennaux.

• Le rôle du Conseil ne consiste pas à mettre à exécution le plan stratégique et l’orientation donnée, mais il doit s’assurer que les plans ou mesures en question ont été mis à exécution.

• Le travail de mise en œuvre comprend les activités et l’administration du Syndicat, qui sont la responsabilité du personnel du SESPPNB, lequel est dirigé par la directrice exécutive ou le directeur exécutif, en collaboration avec la présidente ou le président.

• La présidente ou le président et la directrice exécutive ou le directeur exécutif du SESPPNB sont responsables de la suite à donner aux décisions et orientations du Conseil d’administration entre les réunions de ce dernier.

• Les membres du Conseil ne doivent pas se mêler des activités ni de l’administration quotidienne du Syndicat. Ils exercent un pouvoir non pas comme particuliers, mais seulement comme membres de l’organisme. Les membres du Conseil ne sont pas autorisés à surveiller le personnel ou les membres du personnel, ni à leur donner des ordres.

• Le Conseil ne doit pas refaire le travail du Comité exécutif, du personnel ou des divers comités du Syndicat. Il doit toutefois examiner les recommandations du Comité exécutif, des membres du personnel ou des divers comités du Syndicat, puis les accepter ou les rejeter.

• Le Conseil doit s’attendre à ce que des comptes soient rendus de la part des personnes chargées de donner suite à ses instructions ou à celles du Syndicat.

• Il est essentiel que chacun prenne des décisions en connaissance de cause ; les membres du Conseil ont l’obligation d’exprimer leurs opinions. S’ils s’opposent à une recommandation du Conseil, ils ont alors l’obligation d’exprimer des critiques constructives et de proposer des solutions de rechange raisonnables.

• La responsabilité ultime du Conseil est de créer et d’encourager la solidarité au sein du Syndicat – parmi ses membres, auprès du personnel et auprès de l’ensemble des membres.

• Il faut que les membres du Conseil d’administration montrent qu’ils travaillent en équipe. Il n’y a qu’un seul Conseil et, même s’ils peuvent avoir des rôles différents à jouer, les membres doivent tous travailler vers un même but. Un Conseil d’administration n’est pas un endroit pour des luttes, ni pour des politiques genre « chef de l’opposition ».

• Une décision du Conseil d’administration est une décision du Conseil, et non pas une décision d’une partie du Conseil.

• Il peut arriver qu’un membre du Conseil ne puisse pas accepter une décision prise par le Conseil. Cela devrait toutefois arriver rarement, car autrement la majorité pourrait plus difficilement prendre des décisions et vraiment les faire appliquer.

• Si un membre du Conseil se trouve régulièrement incapable d’accepter les décisions de la majorité à la suite des débats et discussions, une telle opposition à la volonté de la majorité nuit alors au bon fonctionnement régulier de l’organisme, de telle sorte que le membre devrait se demander s’il devrait bien continuer à exercer ses fonctions en pareilles circonstances.

• Lorsqu’un membre du Conseil ne peut pas accepter une décision du Conseil, il a l’obligation de le dire, d’expliquer ses raisons au Conseil et de dire qu’il n’est pas d’accord.

• Les membres du Conseil ont le privilège de pouvoir participer aux décisions et d’obtenir des renseignements qu’il leur faut pour en arriver à des décisions. Ils ne doivent pas manquer de présenter d’une manière équitable et précise les décisions du Conseil et les raisons de celles-ci, afin de ne pas abuser de leur rôle comme membres du Conseil.

• Le Conseil doit tenir compte des opinions qui lui sont exprimées par les membres, et aussi des discussions et des informations présentées à ses réunions, puis il a le devoir de prendre des décisions basées sur la meilleure information existante.

• Si le Conseil d’administration doit discuter un point à propos duquel un de ses membres se trouve inévitablement en conflit d’intérêts, le membre doit se retirer de la discussion sans rien dire et ne doit pas participer à un vote sur le sujet.

• Les membres du Conseil ne doivent pas utiliser leurs postes pour obtenir des emplois pour eux-mêmes, des membres de leur famille ou des proches associés.

• Si un membre du Conseil désire postuler un emploi parmi les membres du personnel, il ne doit pas participer aux décisions concernant le concours en question.